En quelques mots

Qui suis-je ?

Belge épris de la Haute-Provence depuis 2013, je ne la quitte plus.
Mieux, je m'efforce de lui rendre hommage en capturant la faune et la flore locales, mais aussi sa lumière, ses formes, son histoire et, depuis peu, ses habitants.

Le Goupil à la une


Dans "La Provence (Alpes)" du samedi 15/01/2022.

Article signé Olivier Palmer.


Texte de l'article :

Sébastien Renard nous fait pénétrer dans sa tanière


Photographe professionnel et passionné par la cité comtale, Sébastien Renard s’est fait un nom en publiant ses sublimes clichés sur la toile, sous le pseudo de "l’œil du Goupil". Arrivé de sa Belgique natale en 2013, il tombe vite amoureux de notre ville après un court séjour à Banon. « Ma femme avait envie de Provence, de soleil. On s’est de suite bien senti dans cette région et plusieurs aspects de Forcalquier nous ont séduits : ville vivante, dynamique, avec une qualité de vie appréciable,… » Baignant dès le plus jeune âge dans le monde de la presse, avec un père rédacteur en chef de l’hebdomadaire belge "Le Vif/L’Express", ce trentenaire a toujours aimé prendre des photos. « Passionné lui aussi, il m’a transmis très jeune son hobby, m’achetant un petit compact pour que je fasse des clichés. »

Traducteur de métier, notre Goupil, équipé de son inséparable Fujifilm, voulant se diversifier et se lancer dans une activité plus « créative, visuelle », a décidé de faire de sa passion une « activité secondaire » à temps plein. La cathédrale Notre-Dame du Bourguet ou la chapelle Notre-Dame de Provence n’ont plus de secret pour lui, ayant été mitraillées sous tous les angles depuis sa terrasse. Il faut avouer que la vue époustouflante sur ces majestueux édifices ne pouvait que l’encourager à immortaliser ces deux emblèmes de la ville. Son domaine de prédilection : la nature, les paysages, les oiseaux, les villages en jouant un maximum sur la lumière. « Le but n’est pas de tricher. J’apporte très peu de correction aux photos. Je veux garder le naturel de la photo même s’il y a une petite édition et du travail derrière. Je veux créer quelque chose que j’aime au final. ».

Pour développer les activités autour de ses photos, Sébastien Renard a cherché un support un peu original pour imprimer ses dernières. « Soucieux de proposer un produit écologique, j'ai choisi de faire appel à une entreprise française basée à Bordeaux. Les photos sont imprimées sur des panneaux de peuplier du Pays basque. »

Le photographe s’est lancé aussi dans la vente de cartes postales originales (disponibles à La Carline et au Pichotòme) et d’un calendrier regroupant ses meilleurs clichés de Forcalquier. Ne manquant pas d’idées, notre artiste du téléobjectif et du zoom aimerait déployer d’autres prestations à destination des particuliers ou des communes. « Sur demande, je peux proposer des projets d’illustrations pour décorer des appartements, chambres d’hôtes, bureaux, toujours avec mes panneaux en bois. Mais je peux aussi faire des photos des villages aux alentours. Je propose des solutions personnalisées, sur mesure. »

Enchantement pour les yeux, n’ayez pas peur de pénétrer dans l’univers, "l’antre", du Goupil. L’essayer, c’est adopter le bon reflex !


Olivier Palmer

Témoignages

Julien R.

*****

Connaissant déjà les photos du goupil sur les réseaux, il était temps de le rencontrer pour de vrai, récupérer un calendrier 2022 et d'enfin voir ses fameux tableaux en bois !
Et bien, nous n'avons pas été déçus du voyage ! La qualité des photos sur bois rend vraiment bien, c'est moderne, original, chaleureux et on a envie de tout prendre. Mention très bien à Seb qui nous a super bien accueillis !
Finalement, nous sommes repartis avec le calendrier en question... et un tableau en plus !

*****

1 / 3
1 / 3
Mes dernières photos sur Instagram

@loeildugoupil